top of page

Burnout et Instagram - Stopper la relation toxique

Instagram a été un outil formidable pour me faire connaitre, développer des collaborations, et même des amitiés. Ça a aussi mon meilleur ennemi. Je vous raconte.


Se faire la cour



Comme tout le monde, au départ, j'ai suivi énormément de comptes de céramistes que je connaissais, d'autres qui m'étaient présentés par Instagram, soit pour leurs aspects didactiques, soit pour leur esthétisme. Comprendre les codes, concernant aussi bien le contenu, que l'apparence de leur feed ou encore l'utilisation des mots clés, je l'ai fait par tâtonnements, en comparant certains comptes.


C'était plus facile en 2020, il y avait moins de possibilités : les Reels n'existaient pas, les Stories n'avaient pas toutes ces fonctionnalités et buguaient même assez souvent. J'avoue que pour moi qui adore apprendre et qui suis quand même assez calée en marketing digital, c'était galère. À l'époque, j'ai même dû demander à ma fille de 17 ans de m'aider ! Mais dans l'ensemble, c'était une chouette phase d'apprentissage.


Lune de miel


Une fois la bête maîtrisée autant que possible, ce fut la lune de miel : les abonnés arrivaient en nombre assez facilement et régulièrement. Après deux ou trois mois d'utilisation régulière (je postais tous les deux jours), j'ai atteint les 1000 abonnés. J'étais tellement fière et j'attendais la suite avec impatience, car on m'avait dit qu'après les 1K, ce serait plus facile, que mon compte aurait par défaut plus de visibilité.


Bon, on ne va pas se mentir, je n'ai pas eu le sentiment que franchir le cap des 1K ait fait quoi que ce soit, mais peut-être que j'ai pensé décrocher le pompon à la kermesse alors qu'en fait, tu avais juste droit au sourire du forain !


Jalousie et divorce


Bon, rien de tout ça n'est arrivé évidemment et mon compte est allé progressivement vers les 5-6K pour ensuite stagner longtemps. C'était l'époque mai 2020, après Covid, où je ne trouvais pas trop mon public. J'ai toujours aimé la couleur, les motifs, les fleurs et mes produits ne rencontraient pas leur public. J'étais encore à fleur de peau émotionnellement; la frustration arrivait vite, suivie de la déception et du découragement. Le sentiment que tout avait été fait et que je n'avais aucune créativité. Le sentiment d'être nulle et inutile.


Alors, j'ai commencé par me désabonner de comptes qui étaient des success story et qui me renvoyaient de moi une image négative.

Alors, j'ai commencé par me désabonner de comptes qui étaient des success story et qui me renvoyaient de moi une image négative. L'image de la nana qui n'y arrive pas. Celle de la nana invisible. Celle dont les produits ne plaisent pas. C'était aussi l'époque de mon burnout et vraiment, Insta et burnout ne sont pas les meilleurs amis du monde. je perdais encore plus confiance en moi à force de me comparer sans cesse.


De quels comptes exactement, me suis-je désabonnée ?

Ceux dont les personnes avaient franchi le pas de faire de la poterie en professionnel.

Ceux d'amateurs, mais qui postaient tous les jours, voire 2 fois par jour et dont le nombre d'abonnés explosaient après 6 mois alors que je galérais


Je venais de reprendre le travail à mi-temps thérapeutique. Je n'aimais pas l'idée de reprendre mon job, je n'étais pas prête, mais c'était nécessaire financièrement. J'étais profondément frustrée de ne plus pouvoir faire que de la poterie. D'autres pouvaient et produisaient ce que je ne pouvais pas produire, faute de temps. J'étais frustrée et jalouse. La jalousie est un sentiment très destructeur, mais très humain. Pour me protéger, j'ai donc supprimé ces comptes-là de mes abonnements. J'ai supprimé en fait presque 50% des comptes que je suivais en céramique et j'ai commencé à suivre des comptes liés à l'aquarelle, des jardins, de life style.


La frustration arrivait vite, suivie de la déception et du découragement. Jusqu'au jour où je me dis dit: 'Mon Insta, mes règles."Mon Insta, Mes règles

Faire de mon compte mon Safe space

J'ai aussi supprimé des abonnés dont je ne voulais pas. Alors bien évidemment, je ne parle pas des faux comptes, mais bien de vrais comptes, de vraies personnes, mais desquelles je ne me sentais pas proche. C'étaient parfois des connaissances, parfois des amis mêmes, quelquefois des concurrents, on ne va pas se mentir. Bref, toute personne qui me donnait le sentiment d'envahir ma bulle, de la remplir d'air toxique. Bien sûr, personne ne faisait cela de façon volontaire, mais en fin de compte, ce n'était pas l'important. Ce qui était primordial pour moi, c'était de retrouver un espace dans lequel je me sentais protégée. Je me suis souvenue des paroles de mon coach sur mes protections à mettre et sur l'importance de connaître l'aquarium dans lequel on nage. Je me suis demandée ce qui me ferait du bien et c'est arrivé comme une révélation : Mon Insta, mes règles.


C'est évident quand c'est un compte privé ou personnel. Beaucoup moins quand c'est un compte public et professionnel. Mais finalement, qui a dit que parce que nous avons un compte public et professionnel, nous devons tout accepter de tout le monde et que nous n'avons rien à dire si qui s'abonne et qui commente notre compte. Au contraire, nous avons toutes les cartes en main. Nous ne sommes redevables envers personne, si ce n'est nous-même !


Je suis contente de mon compte, il me ressemble, mes abonnés me ressemblent, cette communauté que je crée est celle avec laquelle j'aime échanger.

J'ai depuis une relation beaucoup plus apaisée. J'ai mes comptes chouchous, je supprime sans état d'âmes ceux dont je ne veux pas, je ne m'arrache plus les cheveux avec les chiffres. Dans l'aquarium Instagram, je reconnais les requins, des sangsues et des dauphins. Et je bloque les requins, je supprime les sangsues et je parle aux dauphins. Je suis contente de mon compte, il me ressemble, mes abonnés me ressemblent, cette communauté que je crée est celle avec laquelle j'aime échanger, celle avec laquelle je m'épanouis, celle qui me donne de la joie.


Et à la fin, c'est tout ce qui compte.


 

En conclusion

  • Ne pas hésiter à se désabonner de comptes. Si vous hésitez, pensez à les mettre en 'Mute' aussi bien les story que le feed.

  • Supprimer les abonnés dont vous ne voulez pas.

  • Réagissez régulièrement les suggestions d'Instagram, pour former l'algorithme à vos préférences.

  • Réagissez aux Reels en indiquant 'Not interested' là encore pour former l'algorithme

  • Enregistrez vos favoris, pas ceux que vous pensez devoir enregistrer, mais ceux dont vous voulez vraiment


388 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
Convidado:
07 de ago. de 2023
Avaliado com 5 de 5 estrelas.

La vie

Curtir
potterywithsoul
potterywithsoul
08 de ago. de 2023
Respondendo a

Oui. La vie, avec ses bons et moins bons côtés, et nous qui devons, pour être en accord avec nous-mêmes, oser prendre les décisions qui s'imposent.

Curtir
bottom of page